Conseil National du Patronat du Sénégal - CNP

Mot du Président

Emissions Radio

Rôle des CSFP de formation. Emplois décents en Afrique. Energie&Climat.

Réseau employeurs

 

BUSINESS AFRICA

Institutions sociales

DAK'ART2018

Extrait 1 : Protéger et Promouvoir la Biennale
DAK'ART 2018 nous y sommes !
Accorder une priorité à la validation consensuelle du programme de travail, la promotion du patrimoine culturel et la participation du grand public, y compris notre jeunesse est la directive présidentielle du Conseil des Ministres du 28 février 2018.
La Biennale, notre Biennale Monsieur le Président de République : « Oui il faut la protéger et la promouvoir... Ne dit-on pas que la culture c'est comme l'air... C'est quand on en manque que l'on se rend compte qu'elle est vitale... ».

Ainsi l'histoire retiendra votre décision après la biennale de 2016 d'affecter le Palais de Justice du Cap Manuel à l'Art Africain Contemporain, sans oublier cette hausse substantielle des ressources budgétaires de la Biennale.
Concernant l'ancien Palais de justice, je sais que des manifestations d'intérêt sont faites pour la réalisation d'un Palais des Arts très modernes. Le Ministère de la Culture doit être formellement désigné pour le pilotage de ce projet en partenariat avec le Secteur Privé. Et pour son financement, le Plan Sénégal Emergent constitue le cadre idéal.

Extrait 2La loi de 1%
Monsieur le Président, pour rappel :
- L'Ecole des Arts et de la Culture est en cours d'élaboration ;
- La loi sur le statut des Artistes est en cours de finalisation ;
- La loi sur le 1% artistique doit être respectée dans toute sa rigueur. Elle a été respectée au Centre Abdou Diouf de Diamniadio, elle doit l'être sur tous les édifices publics, au lac Rose, à Diamniadio et AIDB.

FORUM POUR LE DEVELOPPEMENT OIEForum politique pour le développement, Bruxelles : le secteur privé réitère son engagement à contribuer à un environnement favorable au développement

Des représentants des membres de l'OIE de Colombie, de Malaisie, du Sénégal et d'Afrique du Sud, ont contribué, au nom du secteur privé, à la 6ème réunion mondiale du Forum politique pour le développement (FPD), qui s'est tenue à Bruxelles du 20 au 22 mars 2018. Les représentants ont également été invités à rejoindre la réunion interactive exclusivement réservée au secteur privé qui s'est tenue préalablement à l'événement avec la Commission.

Le FPD mondial a été inauguré par Neven Mimica, Commissaire européen à la Coopération internationale et au développement, qui a abordé plusieurs thèmes, notamment comment permettre aux partenaires du développement d'optimiser leur contribution à celui-ci ; arriver à la cohérence des politiques pour le développement compte tenu d'une approche collaborative pour répondre aux cibles des Objectifs de développement durable (ODD) ; mixer l'aide publique au développement (APD) avec des prêts publics et privés afin d'atteindre les ODD et s'appuyer sur l'accord de Cotonou UE-ACP.

Il a été reconnu que les conditions préalables à un environnement favorable comprenaient les cadres juridiques, règlementaires et politiques de base, ainsi que des facteurs politiques, socio-culturels et économiques favorables. Dans son intervention, Mme Nazrene Mannie (Business Unity South Africa) a réitéré l'engagement des entreprises à jouer pleinement leur rôle, en déclarant qu'elles sont des acteurs engagés dans le développement et qu'elles continuent à travailler aux côtés des partenaires et des gouvernements pour façonner un environnement propice permettant au secteur privé de contribuer au développement.

Mme Fatoumata Niang Niox, Directrice exécutive de Jokkolabs et membre du Conseil national du Patronat du Sénégal, a souligné l'importance de la cohérence des politiques pour atteindre les ODD et le besoin de financement et d'interventions pour soutenir les PME, les entreprises locales ainsi que les entrepreneurs et les start-ups.

Mme María Camila Agudelo, de l'Association nationale des employeurs de Colombie ANDI, a animé les discussions du groupe de travail sur le mixage et le plan d'investissement extérieur européen (PIE). M. Wahab Bakar, de la Fédération des employeurs de Malaisie MEF et M. Amath Ba, de la Confédération nationale des employeurs du Sénégal, sont intervenus sur des thèmes relatifs à un environnement propice, la mobilisation des ressources intérieures et la migration.

La participation continue de l'OIE aux réunions du FPD, tant au niveau mondial que régional, vise à s'assurer que ses membres assistent à une rencontre multipartite leur permettant d'avoir des échanges d'expériences et de discuter de questions de développement au niveau européen, du rôle des OSC et du secteur privé. Le plan d'investissement extérieur européen (PIE) reflète les propres aspirations de l'OIE de contribuer à une croissance inclusive, à la création d'emploi et au développement durable et à s'attaquer à certaines des causes profondes des migrations clandestines. Cependant, le PIE doit s'assurer qu'il y ait une concertation systématique avec le secteur privé local et veiller à promouvoir un environnement durable général pour les entreprises. Il devra d'autre part s'appuyer sur le secteur privé local afin de renforcer les capacités de production.

Les participants du secteur privé à cette réunion ont pu compter sur le soutien de Mme Anetha Awuku, Chef de projets UE-OIE.
Veuillez prendre note des dates suivantes liées à l'agenda du FPD :
•Journées européennes du développement, Bruxelles : 5-6 juin 2018
•Forum européen du partenariat ; Bruxelles : 25-26 juin 2018
•Prochaine réunion régionale du Forum politique pour le développement : Gaborone, Botswana, 9-11 octobre 2018
•Prochaine réunion nationale du Forum politique pour le développement : Indonésie, fin novembre 2018

pdt baidy agneEXTRAIT:
Les Contrats PPP !

Si les informations nécessitant de gros investissements et montages financiers complexes nous sont communiquées suffisamment tôt, nous pouvons vous assurer que votre Famille d'Entrepreneurs serait à même de mieux se mobiliser et s'organiser au besoin en conglomérat national ou avec des partenaires extérieurs.

Et bien entendu, pour certaines ressources additionnelles nécessitant l'intervention des partenaires techniques et financiers, bénéficier de la signature de notre Etat constituerait un soutien considérable.

Être prêts à temps, répondre aux urgences sociales et priorités économiques de l'Etat avec une Offre compétitive-prix et compétitive-qualité, sont à notre portée...

pdt baidy agneEXTRAIT 1 :

Faire du Sénégal un pays accueillant, incitatif, sécurisant et innovant pour l'investissement privé est la Directive Présidentielle du Plan Sénégal Emergent.

Faire comprendre ce qu'est l'Entreprise, les risques d'investir, les obligations, les responsabilités, les enjeux et contraintes, résume l'action quotidienne du Parti de l'Entreprise.

Vous avez instruit le Gouvernement à faire de l'année 2018 une année sociale conformément à la volonté du Chef de l'Etat ; alors permettez-nous d'en déduire qu'elle est aussi l'année de l'Entreprise.

Oui, cette Entreprise qui n'est pas une charge pour l'Etat... mais plutôt ce Partenaire, ce grand contribuable fiscal qui fait preuve de civisme...

Cette Entreprise qui n'est pas un Lieu de privation, de travail forcé, de discrimination ... Mais qui renforce la promotion sociale, l'égalité des chances et la dignité humaine des Jeunes, des Travailleurs et des Retraités...

Cette Entreprise qui entend davantage s'ajuster à l'Agenda des chantiers du PSE en satisfaisant les exigences techniques et financières.

Le Savoir-faire sénégalais est bien visible dans plusieurs secteurs d'activités : les infrastructures de BTP de haute qualité, l'agro-industrie, les énergies renouvelables, le numérique, et la santé, pour ne citer que ceux-là...

EXTRAIT 2 :
Lors du dernier Conseil Présidentiel sur la Revue Annuelle Conjointe (RAC) de notre Politique Economique et Sociale, j'ai sollicité Monsieur le Président de la République afin qu'il soutienne davantage le Secteur Privé National, sa Grande Famille d'Entrepreneurs.

Je lui ai réaffirmé que nous étions prêts à répondre aux urgences sociales et économiques de l'Etat, avec une offre compétitive-prix et une offre compétitive-qualité.

Soutenir davantage son Secteur Privé National, sa Famille d'Entrepreneurs présente bien des avantages :

 Croissance plus inclusive et souveraineté économique mieux affirmée ;

 Réduction du déficit de notre balance commerciale des biens et services ;

 Moins de soucis à la BCEAO et à notre Trésor Public en matière de rapatriements et de transferts de capitaux ;
 Mieux circonscrire cette dépendance extérieure sous forme de « service-après-vente » et celle de « sous-traitant privé local » à durée indéterminée.

Ce soutien ne se limite pas aux marchés publics... Nous le voulons également pour :

 l'accès au foncier ;

 la protection du « Made in Sénégal » dans l'industrie, l'agriculture et les services ;

 les concessions publiques ;
 l'encadrement aux entreprises en difficulté ;

 et l'accompagnement à l'export.

Alors que dire de plus à notre Partenaire, l'Administration, si ce n'est : « Regardez d'abord ce que nous pouvons faire ensemble et faites-nous davantage confiance... ».

EXTRAIT 3 :
La Présidentielle dans les pays de la CEDEAO !

Les années à venir sont électorales dans leur très grande majorité.

Le citoyen ouest-africain est ce grand consumériste de la Politique, nous le savons !

Et vous avez à proximité ce Travailleur, ce Militant-Syndicaliste, un Front Social en ébullition... En effet, c'est pour eux le moment idéal de brandir l'Arme Sociale à l'Etat-Employeur et au Patronat pour un « Mieux-Être » parfois sans « Contre-partie ».

Le Parti de l'Entreprise plaide toujours pour un équilibre juste entre la Passion et la Raison.

EXTRAIT 4 :
Notre CEDEAO !

Elle est si attractive qu'elle suscite tant d'intérêts de la majorité des pays de l'Union du Maghreb Arabe.

J'ai eu à dire à la Présidente du Patronat Marocain : « Pourquoi voulez-vous adhérer à la CEDEAO... Vous êtes déjà chez vous ici au Sénégal et dans notre Région... Le secteur bancaire peut en témoigner, celui de l'assurance, du Btp et tant d'autres aussi... Notre marché de la CEDEAO vous est déjà ouvert à l'Investissement avec tous les avantages... Par contre il est temps qu'on parle de la réciprocité, de vos mécanismes de protection implicite et barrières non tarifaires... Le partenariat gagnant ne peut être qu'à sens unique...».

L'Entreprise partage notre très grande fraternité avec les pays du Maghreb Arabe, mais les préalables sont là... Et ils sont si nombreux, notamment la réalisation d'études d'impact approfondi sur le secteur productif, l'emploi, les recettes douanières, etc.

Telle est la demande que notre Président de la FOPAO a adressée à la Commission de la CEDEAO, suite à notre Assemblée Générale du mois d'Octobre dernier.

Mieux encore, Oui interrogeons-nous :

 Sont-ils prêts à abroger leurs dispositions constitutionnelles, juridiques et judiciaires, législatives et réglementaires nationales contraires à notre Droit Communautaire ?

 Sont-ils disposés à accepter et rendre exécutoire les décisions de justice de la Cour de la CEDEAO ?

 Quid de la nouvelle flexibilité de leurs monnaies nationales, nouveaux leviers de compétitivité à l'exportation ?

 Et enfin de l'application du TEC, des règles d'origine, sans oublier la réciprocité dans les marchés publics, etc.

Beaucoup d'interrogations auxquelles nous n'avons que très peu de réponses.

Nos Chefs d'Etat ont opté pour la prudence et ils ont raison...

EXTRAIT 5 :
Le changement climatique !

Est-il encore possible de plaider l'ignorance ?

Faire preuve de responsabilité et agir, nos Industriels de la Vallée sont dans l'action... Ils viennent de concevoir avec notre Groupement Professionnel l'UPIC « un programme de gestion et de valorisation des déchets agro-industriels ».

La dépollution de la Baie de Hann !

On n'y arrivera pas en appliquant tout simplement la règle du « pollueur-payeur »...

Il nous faut régler la question du financement des stations de pré-traitement et d'inter-connection aux réseaux d'assainissement. L'industriel responsable ne peut agir seul... L'accompagnement de l'Etat et des Partenaires au Développement Durable est indispensable.

Le Fonds Vert Climat offre des opportunités de financement privé et public porteuses de croissance verte ; cependant combien sommes-nous à connaitre les critères d'éligibilité, les procédures et les montants...

EXTRAIT 6 :
Nos performances économiques !

Elles se confirment d'année en année :

 6,8% en 2017, et des prévisions de l'ordre de 7% en 2018.

 Ainsi qu'un classement meilleur au Doing Business.

Ceci est le fruit d'une bonne gouvernance macro-économique et budgétaire.

L'Entreprise est persuadée qu'une bonne réforme du Conseil Présidentiel de l'Investissement (CPI) aurait également un effet bénéfique sur le climat des affaires.

Nous gagnerions en efficience en instaurant un CPI ne traitant que d'une (1) ou au maximum (3) questions majeures nécessitant l'arbitrage du Chef de l'Etat et l'application de sa Directive Présidentielle.

Cela suppose bien entendu que le Secteur Privé et l'APIX réexaminent le format actuel, la méthodologie de travail et le contenu.

EXTRAIT 7 :
L'emploi des jeunes !

Les enquêtes de perception du climat des affaires auprès des entreprises que nous faisons avec nos Organisations Sœurs (Cnes, Unacois Jappo, Ges, Cciad) révèlent que l'année dernière :

 en moyenne une (1) entreprise sur (3) a procédé au recrutement de jeunes ;

 les secteurs ayant le plus recrutés sont l'agriculture, l'énergie, les Btp, l'économie numérique et le commerce.

Nos Entreprises recrutent... Elles le font sans publicité et en toute responsabilité citoyenne... Cette dynamique est à apprécier...

Nos Entreprises enregistrent aussi des départs... Il est également bon de le souligner... En moyenne au niveau d'une (1) Entreprise sur vingt (20).

Ces tendances observées devaient être confirmées très prochainement par les statistiques officielles du travail.

Le CNP demande surtout à notre Jeunesse et nos Travailleurs, de mesurer à quel point l'Avenir-Emplois et l'Avenir-Métiers sont désormais dans l'intelligence artificielle couplée à la numérisation, à l'automatisation et à la robotisation.

Dans les 10 à 20 ans à venir :

 Au moins 60% des entreprises en seront impactées ;

 Et plus de 250 millions d'emplois non qualifiés détruits.

Ne serait-ce qu'aujourd'hui avec la digitalisation, nous allons progressivement vers un nouveau de type contrat social dans les Entreprises, mais aussi dans la Fonction Publique et ses démembrements.

EXTRAIT 8 :

Difficile de ne pas parler de fiscalité à nos Assises !

La nouvelle plate-forme de télé déclaration/télépaiement des impôts et taxes est fonctionnelle... Un travail remarquable a été accompli par la Direction Générale des Impôts et Domaines... C'était une très forte demande de l'Entreprise et notre Inter-Commission Fiscalité du Secteur Privé s'est beaucoup investie pour sa mise en œuvre.

Maintenant la solidarité sociale par la fiscalité, organisons-là en privilégiant l'égalité de traitement des contribuables, l'élargissement de l'assiette fiscale au cordon douanier et la baisse de cette très forte pression fiscale sur les mêmes contribuables.

Ne laissons pas la Santé de l'Entreprise uniquement entre les mains de l'Inspecteur des Impôts et de l'Inspecteur des Douanes qui sont astreints à des objectifs de recettes...

Conseil National du Patronat du Sénégal (CNP)

Adresse : 7, Rue Jean Mermoz - BP 3537 - DAKAR (Sénégal)
Tél . : +221 33 889 65 65
Fax  : +221 33 822 28 42
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Observatoire

Investir au Sénégal

 


Partenaires

Login